En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies.

J'accepte
Déodorant ou Anti-transpirant : quel est le meilleur pour vous ?

Déodorant ou Anti-transpirant : quel est le meilleur pour vous ?

Le mot « déodorant » est encore trop souvent employé comme terme générique. Si bien que la plupart des anti-transpirants sont commercialisés comme des déodorants. D’où la confusion qu’il règne dans l’esprit du consommateur.

Pourtant, déodorants et anti-transpirants ne sont pas synonymes. Les différences sont bien réelles, ainsi que leurs incidences sur la peau et la santé. Comment les reconnaître ? Et lequel choisir ? Mise au point pour vous aider à y voir plus clair entre déodorant et anti-transpirant !

 

A quoi sert la transpiration et d’où viennent les odeurs ?

La transpiration est un phénomène naturel qui assure trois fonctions essentielles :

-          Régulation de la température du corps aux alentours de 37 °C

-          Elimination des toxines et autres déchets du métabolisme

-          Protection en hydratant la peau

 

La transpiration (sueur) est sécrétée par plusieurs glandes dites sudoripares qui sont entre 2 et 5 millions sur tout le corps, principalement au niveau des mains, des pieds, du front et des aisselles.


Transpiration sueur schéma glandes sudoripares


Retenons que nous évacuons en moyenne 1 litre de sueur par jour. Le corps peut perdre jusqu’à 10 litres en cas d’activité physique, de stress ou sous l’effet de la chaleur. Chaque personne étant unique, le volume de sueur peut varier et aussi déprendre de la prise de médicaments, d’un déséquilibre hormonal, d’une poussée de fièvre, de l’alimentation, …

Dernière info, la sueur est composée à 99% d’eau et de sels minéraux ce qui donne son petit goût salé ;) Elle est naturellement inodore. Donc transpiration ne veut pas dire forcément mauvaises odeurs ! Ce sont les bactéries à la surface de la peau, notamment au niveau des aisselles, qui en se nourrissant des protéines contenues dans la sueur, libèrent des composants malodorants… qui ne sont rien d’autres finalement que notre odeur corporelle.

Mais pour éviter les situations embarrassantes liées aux mauvaises odeurs et aux traces d’humidité sous les bras, il existe deux types de produits : déodorant et anti-transpirant qui agissent de manière différente.

 

Quelles sont les différences entre déodorant et anti-transpirant ?

 

Qu’est-ce qu’un déodorant ?

Le déodorant est conçu pour prévenir et masquer les odeurs des aisselles, mais ne bloque pas la transpiration, ce qui est une bonne chose ! De ce fait, il ne contient pas de sels d’aluminium dans sa formule. D’autres types d’actifs synthétiques ou naturels assurent l’efficacité du déodorant :

 

- Les actifs masquants ou parfumants agissent sur les odeurs. Exemple : alcool, huile essentielle, sel de zinc, parfum, bicarbonate de soude, …

 

- Les actifs absorbants capturent l’humidité. Exemple : argile, talc, arrow root, oxyde de magnésium, …

 

- Les actifs antiseptiques évitent la prolifération des bactéries. Exemple : triclosan (perturbateur endocrinien suspecté), éthanol, huile essentielle, huile de coco, sel de zinc, parabène (perturbateur endocrinien suspecté), …

 

- Et dans l’idéal, les actifs nourrissants comme le beurre de karité, le beurre de coco, … car oui vos aisselles ont aussi besoin d'être nourries comme le reste de votre corps !

 

Qu’est-ce qu’un anti-transpirant ?

L’anti-transpirant réduit ou bloque le processus naturel de transpiration, en resserrant les pores de la peau grâce aux sels d’aluminium. Comment agissent-ils ? Les sels d’aluminium créent un bouchon au niveau de l’entrée des glandes sudoripares. La sueur continue d’être produite, mais ne peut plus s’évacuer. La peau s’épaissit et une inflammation locale apparaît. Rien d’anodin donc à utiliser un anti-transpirant…

La peau des aisselles étant fine, délicate, humide et peu aérée, des irritations voire eczéma, des allergies de contact et une sensibilité au feu du rasoir peuvent notamment apparaître.

 

D’autre part, les sels d’aluminium sont pointés du doigt et font débat au sein de la communauté médicale. Plusieurs scientifiques s’inquiètent du lien entre anti-transpirant et cancer du sein, étant donné la promiscuité du produit avec la région mammaire et sa fréquence d’utilisation. L’aluminium est également suspecté à la dégénérescence de certaines zones du cerveau, à l’origine des maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

A noter que l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, anciennement Afssaps) recommande de restreindre la concentration d’aluminium dans les anti-transpirants à 0,6 % et d’éviter leur utilisation sur une peau lésée, irritée ou tout juste épilée, rasée. Aïe !!

Conclusion ? L’aluminium reste une substance controversée. Il n’est pas seulement présent dans les cosmétiques, mais aussi dans la fumée de cigarette, l’eau du robinet, l’alimentation, certains médicaments, … C’est l’effet cocktail qui inquiète. Et de plus en plus de consommateurs appliquent le principe de précaution, en particulier lors de la grossesse, de l’allaitement ou en cas d’insuffisance rénale.

 

Comment repérer les sels d’aluminium ?

Nous l’avons vu, un anti-transpirant pouvant être à tort appelé déodorant, le plus simple pour remédier à ce manque de transparence est de consulter la liste des ingrédients. Repérez le mot « Aluminium » ou « Alum », déclinable sous plus de vingt substances possibles dans les cosmétiques... Le plus utilisé dans les anti-transpirants est le chlorohydrate d’aluminium. Vous pourrez aussi trouver Aluminium Chloride, Ammonium Alum, Aluminium Citrate, Aluminium Zirconium, Aluminum Sesquichlorohydrate, …

Concernant la pierre d’Alun ? Il s’agit aussi de sels d’aluminium, sous le nom INCI « potassium alun » ou « ammonium alun ». Donc même problème, on évite :(

 

Quel déodorant choisir alors ?

Le déodorant est votre meilleur allié contre les odeurs de transpiration et d’humidité. Toutefois, il n’est pas facile de s’y retrouver tant l’offre est large et les compositions plus ou moins saines pour la santé et l’environnement.

Nous vous invitons à privilégier un déodorant à la formulation naturelle et minimaliste. Les labels bio comme COSMOS ou Nature & Progrès doivent également vous rassurer quant à l’innocuité des ingrédients présents dans le déodorant. La mention Slow cosmétique est aussi un gage de qualité.

Le plus fiable reste de décrypter les ingrédients. Si vous êtes perdu, le site de La Vérité sur les cosmétiques est la référence pour passer à la loupe chaque ingrédient et avoir une évaluation qui va de « très bien » à « déconseillé » de l’ensemble de la composition de votre déodorant.

Les ingrédients recommandés dans les déodorants (nom INCI entre guillemets)

- Les poudres végétales comme le bicarbonate de soude « Sodium bicarbonate » (bien qu’elle soit source d’irritations pour les peaux sensibles), l’oxyde de zinc sans nanoparticule « Zinc oxide », l’hydroxyde de magnésium « Magnesium hydroxide », l’arrow root « Maranta arundinacea root powder », l’amidon de maïs « Zea mays starch », l’argile « Kaolin », …


- Les huiles et beurres végétaux, comme le beurre de karité « Butyrospernum parkii butter », l’huile de coco « Cocos nucifera oil », le beurre de cacao « Theobroma cacao seed butter », …

 

- Les hydrolats et eaux florales (nom latin de la plante + « extract » ou « flower water »), comme l’eau florale d’hamamélis, de reine des pères, de menthe poivrée, …

 

- Les huiles essentielles (nom latin de la plante + « leaf » ou « flower » ou « peel » ou … + « oil ») comme palmarosa, sauge sclarée, lavande, … Elles sont déconseillées aux femmes enceintes ou allaitantes, ainsi qu’aux peaux sensibles. Il est tout à fait possible de proposer un déodorant sans huile essentielle. Regardez par exemple cette version coco !

 

C’est grâce à un savant mélange d’ingrédients bio et naturels que votre déodorant sera clean et efficace ! Et vous ne regretterez plus votre déodorant conventionnel dont les compositions sont plutôt douteuses.


Les ingrédients à éviter dans les déodorants  (nom INCI entre guillemets)

Ces ingrédients-ci, vous êtes sûrs de ne pas les retrouver dans les déodorants certifiés bio.


- Les parabènes, le propylbarabène « Propylparaben » ou le butylparabène « Butyparaben », conservateurs suspectés d’être un perturbateur endocrinien

 

- L’alcool « Alcohol » et les fragrances « Parfum », irritants et allergènes 

- Les silicones et leurs dérivés, le plus utilisé, le cyclopentasiloxane « Cyclopentasiloxane », perturbateur endocrinien suspecté

 

- Le triclosan « Triclosan », conservateur suspecté d’être des perturbateurs endocriniens


- Le phénoxyéthanol « Phenoxyethanol », conservateur allergisant controversé

 

- Le diethyl phtalate ou DPE « Diethyl Phthalate », perturbateur endocrinien suspecté

- Les acrylates copolymer « Acrylates copolymer » et polyisobutene « Polyisobutene » : polymères allergisants

- Les gaz de propulsion des déodorants en spray (aérosols) sont hautement inflammables et dangereux à l’inhalation

  
Au-delà du déodorant en spray, vous avez le choix entre le déodorant stick, le déodorant crème en pot, le déodorant à bille ou encore le déodorant solide. C’est à votre convenance !



Publié le 07/01/2021 0

Related articles

Ecrire un commentaireEcrire une réponse

Blog categories

Derniers commentaires

Pas de commentaire

Menu

Top